L’ergothérapie au Burundi

Nous sommes allés au Burundi en fin d’année 2010, dans le cadre d’un stage en dernière année d’ergothérapie. Durant deux mois, nous avons intégré le service d’ergothérapie du Centre Neuropsychiatrique de Kamenge (prononcer Kamengué) ou CNPK.  Il s’agit d’un centre géré par une communauté de frères. Ce sont également eux qui nous ont logés, dans un couvent! Ce stage était basé sur l’échange de connaissances entre les techniques artisanales d’ici et les méthodes thérapeutiques de chez nous.

Lors de cette expérience, nous avons pu constater de nombreuses différences par rapport aux centres Européens. Par exemple, au Burundi, les patientes viennent se faire soigner avec leurs enfants, ou encore chaque patient a un garde malade, c’est à dire une personne de sa famille ou un voisin, qui vit avec lui à l’hôpital, s’occupe de lui, évite qu’il s’enfuit, veille sur lui la nuit et s’assure qu’il prenne bien ses médicaments…

 Le 12 Octobre au Burundi, a lieu la journée mondiale de la santé mentale, dans ce cadre, nous avons créer des panneaux, des banderoles, des décorations pour le local d’ergothérapie et confection d’objets (colliers de perles, napperons, vannerie) destinés à être vendus au profit des malades lors de cette journée. Nous avions également préparé des petites invitations pour la journée de la santé mentale avec les patients en vue de les distribuer avec eux au cours d’une promenade. Mis à part une tentative d’évasion et une crise maniaque d’une patiente bipolaire, la ballade s’est bien déroulé! Lors de la journée mondiale de la santé mentale, le ministre de la santé est venue afin de poser la première pierre du pavillon d’addictologie, nous avons ensuite eu le droit à de nombreux discours en Kirundi et une démonstration des tambourineurs!

Nous avons aussi pu participer à une semaine destinée à rassembler les encadreurs en ergothérapie de la région des grands lacs (Burundi Rwanda Tanzanie et RD Congo étaient représentés ici) afin qu’ils échangent leur expérience sur la profession et bénéficie des connaissance de Martine Dermine, ergothérapeute et du Dr. Gallet, neuro-psychiatre , dans le domaine de la psychiatrie.

Pour finir, nous sommes partis dans le centre du pays à Gitega pour discuter du lancement d’un service d’ergothérapie dans un centre de jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>