Thaïlande #2 : Temple Blanc/Maison Noire

Après notre longue escale à Pai, nous reprenons la route plus au Nord vers la province de Chiang Rai. Dans la ville du même nom, nous trouvons dans un cul-de-sac une maison d’hôte tenue par une jeune thaïlandaise et son mari montréalais. Simple mais propre (la maison). Très sympa et accueillants, ils nous renseignent sur comment rejoindre la frontière birmane afin d’effectuer les formalités pour prolonger notre séjour en Thailande. Ils nous donnent également quelques tuyaux sur les visites a faire dans le coin. Notamment un temple blanc et une certaine maison noire… Bof encore un temple, on a un peu fait une overdose en Inde. Sauf que celui ci est différent il parait. Bon.. Casse la tienne (ou « qu’à cela ne tienne », je ne sais jamais) allons visiter le fameux « White Temple » et cette mystérieuse et moins connue Maison Noire.

Wat Rong Khun, ou l’oeuvre d’une vie d’un visionnaire mégalo

Le Predator

Le Predator

Le temple blanc n’est pas à Chiang Rai même mais à quelques Km au sud. Nous devons prendre un bus… ce temple à interet de valoir le coup !  Le bus local nous dépose au milieu d’un carrefour. Nous suivons les mouvements de foules vers le temple que l’on aperçoit au loin. Première impression : c’est du cristal, du verre ? Le design est particulier, loin des traditionnels temples dorés typiques de la Thaïlande. Pendant un moment on se surprend même à chercher Mickey ou Blanche-Neige tellement l’atmosphère nous fait penser à un Disneyland tropical. Première surprise, l’entrée est gratuite. Là, nous découvrons le buste du « Predator » (mais oui souvenez-vous le monstre du film des année 80 avec Schwarzy !)qui a dû bouffer Mickey car on ne le vois toujours pas. 

Quoiqu’il en soit cela présage une visite originale. Le site est également un défi pour les amateurs photographes car il regorge de petits détails, de sculptures invraisemblables, de fresques anachroniques… De plus à en voir les photos des brochures, la barre est haut placée, le temple y ressort en effet sous sont plus beau jour, comme au couché du soleil ou lors de fêtes traditionnelles avec feux d’artifice, défilé et tout le tintouin. Bon, essayons de lui faire honneur.  

Un petit mot sur l’artiste

Ancien étudiant en art à l’université de Silpakorn, Ajarn Chalermchai Kositpipat souhaitait, « bâtir le plus beau temple du monde ». Cet amoureux de l’art bouddhiste Thai souhaitait le faire découvrir au monde entier, avant qu’il ne tombe dans l’oubli, dépassé par l’art moderne. « Je veux que les gens de tous pays viennent et admirent mon oeuvre, comme lorsqu’ils désirent aller voire le Taj Mahal ou Angkor wat ». Il entreprend alors en 1997 un projet de grande ampleure, avec l’aide de plus de 80 dévots (architectes, peintres, et designers). Artiste indépendant, il ne souhaite travailler sous le joug de personne, selon lui « l’argent confère au mécène le pouvoir d’influencer l’artiste ».  Il désire dévouer toute sa vie au perfectionnement du site, et espère que d’autres reprendront le relais après sa mort.

Lorsque nous pénètrons dans le temple, une fresque attire l’attention, L’artiste à en effet peint la lutte entre Bouddha et le Démon… parmis des figures héroiques comme spiderman, KungFu Panda, Mickael Jackson etc. (à vous d’en trouver d’autres sur la photo !)  entourant le World Trade Center, afin de montrer au monde qu’ « aucun héro n’a pu empêcher ce désastre » et que l’ « on ne se raccroche aux héros que lorsque la moralité décline ». Dans les yeux du démon, Bush et Ben Laden sont gravés à tout jamais afin de montrer aux futures générations à quel point l’homme peux être incohérent et sans-scrupule. Chalermchai espère (à l’époque) avec cette représentation que les deux hommes tomberont un jour les armes et feront la paix.

 

Baan Dam (Maison Noire en Thailandais) ou l’accomplissement d’un génie tourmenté

Quelques jours s’écoulent entre nos deux visites et nous décidons de garder la Maison Noire pour la fin de notre « Road trip en Harley Davidson » (oh yeahhhh Elvis sors de ce corps ! Comprendre « petite virée en moto 125cc ») dans le nord du pays. Bon, puisque sur weshoestheworld on a choisi de jouer la carte de l’hônneteté, en fait la Maison Noire on ne l’a pas trouvée à l’aller…

Le premier pavillon

Le premier pavillon

Au retour on est plus attentif. En fait la pancarte est uniquement en Thailandais, pas de panneau Black House ou Maison Noire (et encore moins de panneau « Ker Du » hein maman !). Nous arrivons dans un trou paumé. Sur le chemin, les badeaux nous indiquent la route avant même que nous ne demandions quoique ce soit, convaicus que nous n’allons pas rendre visite à un potentiel ami du coin. Là-bas, entrée encore gratuite, ça fait plaisir.

En fait il n’y a pas UNE maison noire mais DES maisons noires. En effet, plusieurs bâtiments en bois se succèdent et enchainent les mises en scènes. Dans le premier (le plus grand) une grande table d’une vingtaine de mètres de long expose les mues alignées de plusieurs pythons. Des sculptures faites à partir de dépouilles d’animaux, déjà morts on précise et non tués pour l’occasion, agrémentent la pièce, cornes de buffles, ossements, coquilles, tout se mélange dans une ambiance morbide. Mais il faut l’avouer, l’esthétique est omniprésente et les agencements sont superbes, parfois fouillis, mais jamais irréfléchis.

 

Un (tout) petit mot sur l’artiste

Selon Thawan Duchanee, un artiste de Chiang Rai, créateur de la Maison Noire, chaque indvidu né poussière et redeviendra poussière, tout ce qui se passe entre les deux n’a que guère d’importance à l’échelle de l’humanité. Peu importe la religion, la caste, les richesses, l’accomplissement de notre vie, à la fin nous finirons tous de la même manière, égaux, un tas d’os et de chair voué à redevenir poussière.

 

Verdict

Tout d’abord nous remercions Julien de la Tooky Guesthouse pour ses conseils bien avisés. En effet ces deux sites, bien que contraignant d’accès, valent vraiment le détour et changent radicalement de ce qu’on a l’habitude de voir en Asie. Deux créations très différentes, des techniques poussées à l’extrème, mais une vision partagée sur le monde et l’Homme, dont l’absurdité et l’immoralité sont ouvertement critiquées. Les deux artistes souhaitaient transmettre leur passion pour l’art moderne Thai, pour notre part on est conquis, bien qu’un petit coup de coeur pour le temple Blanc et sa fresque héroïque.

Et vous qu’en pensez vous, plutot perfectionniste utopiste ou taxidermiste fataliste ?

 

5 Réponses pour Thaïlande #2 : Temple Blanc/Maison Noire

  1. Sa doit etre vraiment magnifique !!!:o <3

  2. Plutôt surréaliste et incongru 😉
    C’est top que des artistes puissent exprimer leurs idées au travers de leur art et que cela fasse écho à grand nombre.
    Votre article donne envie d’aller y jeter un œil et de se plonger dans cet atmosphère atypique :-)
    Superbes tes photos Max !!!
    Gros bisous les p’tits loups !!!

  3. Ben c’est bien Sympathique!!
    C’est sûr des temples des temples il y en a beaucoup et c’est surtout vers ça que les locaux vous disent d’aller!!

    Bisous à vous deux!

  4. PS: vous écrivez quand même bien! Même si on ne sait pas toujours qui écrit!

    Je vous embrasse!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>