Thaïlande #5 : Bangkok

Capitale de l’excès par définition, Bangkok est bien connue pour ses soirées qui se terminent à pas d’heures, la drogue, la prostitution, les ladyboys, l’alcool qui coule à flot… Mais Bangkok, c’est également une capitale culturelle avec des temples magnifiques, des plats délicieuse et des gens accueillants. Bangkok est également une capitale de contraste, où la modernité gravite autour du coeur traditionnel de la ville, et où les centres commerciaux aux proportions aberrantes cotoient les magnifiques temples bouddhistes et où les fêtards qui rentrent de soirée croisent les moines dans leur balade matinale. C’est la ville où les contraires se télescopent joyeusement, et où les différences culturelles sautent aux yeux sans pour autant choquer.

Khao San Road

De Calcutta à Bangkok, ou comment survivre à un énorme choc culturel …

Nous atterissons à Bangkok, puis prenons dans la foulée le métro arérien afn de rejoindre l’ouest de la ville. Première impression: les thailandais sont silencieux ! Assis à nos côtés dans le wagon, ils vivent leur vie sans nous prêter attention, calmes, sereins, on en regrete presque le regard instigateur des indiens, et leurs questions omniprésentes (non je plaisante !) Autre curiosité, cette vue imprenable sur la ville, où s’enchainent dix buildings puis une maison traditionnelle, à moins que ce ne soit l’inverse. Isolés des distrations de la ville dans ce géant d’acier, on peut dire en gros que nous arrivons directement depuis Calcutta à Khao San (le quartier touristique de Bangkok certe, mais parsemé de monuments, marchés et autres bijoux cullturels). Là encore, quelques chose ne va pas, bon au premier coup d’oeil les rues sont propres et entretenues, mais il manque quelque chose, ce petit bonus qui pimentait la vie en Inde : Ah oui, les klaxons ! Ici ils doivent les vendre en options… Nous allons nous promener le soir même et assistons à un spectacle plutôt surréaliste quand on vient de passer trois mois en Inde où l’alcool est tabou et le corps des femmes doit être le plus possible caché.

Je crois que nous n’avions pas vu autant de touristes en quatre mois qu’ici, dans cette rue. Et pas n’importe quels touristes, du beau monde avec leur bière à la main, des mecs hypers baraques , méga tatoués (quand y’en a marre, y’a malabar !!) et des p’tites minettes super bien foutues …  avec des jupes ras le terrain de jeux ! Ici c’est le lieu où il faut être vu, où l’on est branché, et où l’on fait la fête. On ne croise plus les mêmes touristes qu’avant : couple retraités et motards d’Ouzbékistan, trekkeur et baba-cool du Népal, voyageurs en quête de spiritualité et baroudeurs de l’Inde. Ici, cela semble être un lieu de passage pour rejoindre les îles.

Kha san road c’est la rue de tous les possibles, on peut aussi bien se faire masser les pieds, se faire tatouer, manger des scorpions, faire du shopping, boire une bière, se faire manger les pieds par des poissons, ou manger du poisson (peut être même celui qui vous a mangé les pieds la veille ! beurk )

Wat Pho et Wat Mahathat

Du Bouddha couché aux proportions (pas si) démesurées,  aux marchés aux amulettes

Contrairement au Wat Phra Kaew, le Wat Pho (XVIème siècle) n’est pas le plus connu des temples de Bangkok, ni le plus fréquenté, mais nous l’avons trouvé très impressionnant. En effet, il s’agit du plus grand temple du pays (8 hectares). De plus, il abrite dans l’un de ses pavillons un bouddha couché mesurant, 45 mètres de long sur 15 mètres de haut ! Si si, c’est écrit dans tous les guides de voyage, ainsi que sur le site officiel de la ville ! Bon, à y regarder de plus près, nous sommes très sceptiques. En effet il ne semble pas mesurer plus de 6m de haut (cf. photo) et après une petite cyber-enquête de Maxence (il aime bien se prendre pour Sherlock Holmes), il s’avère que les dimensions de 45x25m évoquées partout sont celles du bâtiment qui l’entoure

La statue représente Bouddha sur son lit de mort, atteignant le nirvana. A ces pieds, des nacres sont incrustées, représentant les 108 états de Bouddha. Le long des galeries, on peut également admirer environs 400 statues de Bouddha dorées parfaitement alignées. Ce temple a également vu naître le massage Thaïlandais, ainsi que la médecine traditionnelle, il y a encore une école qui dispense des cours, et les touristes peuvent se faire masser à prix réduit par les étudiants.

C’est devant le Wat Mahathat que l’on se rend compte de l’importance accordées aux amulettes par le peuple Thaï. On se croirait dans un grand marché aux puces, exepté qu’on y trouve que des amulettes. Celles-ci ont plusieurs fonctions : contre le mauvais sort, pour le bonheur, l’amour, la fertilité, la richesse … C’est assez impressionnant et ça vaut le détour !

Chinatown

Un dédale de shops et de « restaurants trottoir »

Nous nous retrouvons pour la première fois à Chinatown par hasard, en nous rendant à la gare. A partir du moment où l’on pénètre dans le quartier, nous sommes catapultés dans un autre univers (ou du moins dans un autre pays) ! Des grosses boules de lumière rouges (oui des lanternes quoi !) sont suspendues au-dessus des rues, les trottoirs sont encombrés des tables et des chaises des restaurant, il y a partout de nombreuses tuniques chinoises et des bracelets par dizaines à vendre ainsi que de la nourriture pour le moins étrange (pour nous j’entends bien, je ne voudrais pas porter de jugement !) du style hippocampes séchés ou des fruits ou animaux pas vraiment identifiés. Le long de la rue principale, se trouve tout une enfilade de boutiques d’or, je n’en avais jamais vu autant ! Nous y retournons par la suite pour nous promener et une chose est sûre, si vous cherchez un lieu en pleine effervescence, allez à Chinatown ! Entre les néons tape à l’oeil, les innombrables commerces, la foule un peu pressante et bruyante, et la cacophonie qui y règne, c’est un concentré d’énergie !

Chatuchak Market

De la ville marché à la poste

IMG_20140423_032047Chatuchak Market est également connu sous le nom du marché du week end. Nous nous y rendons en prévision d’envoyer un colis en France, pour faire le plein de souvenirs, mais surtout pour alléger nos sacs ! Il s’agit de l’un des plus grands marchés du monde, une sorte de ville dans la ville où l’on trouve tout et n’importe quoi, depuis les meubles de jardins, jusqu’aux orchidées, en passant par les chiens, les coqs ou les poissons de combat, les culottes avec des fausses fesses rembourrées et les derniers smartphones ! Assez impressionnant ! Le mieux, c’est d’y aller assez tôt afin d’éviter aussi bien la foule que la chaleur suffocante ! Et bien que les sections soient organisées par théme et numérotées, il est assez difficile de s’y repérer. On met du temps à trouver notre bonheur (un marché asiatique qui ne vend pas de thé, vous y croyez vous ?), mais après avoir déambulé de nombreuses heures dans les dédales d’échopes croulant sous les marchandises, nous rentrons avec un sac plein à craquer et le sourire au lèvres !

Nous voilà maintenant à la deuxième étape du plan : le colis. Nous allons à la poste acheter le carton, un gros carton, et nous organisons tout bien, pour retrouver tout ça…  dans deux ans ! Nous retournons cette fois à la poste avec notre gros colis, 10 kg la bête quand même, ouh ça va faire mal au porte-feuille ! Afin de réduire les frais de moitié, nous l’envoyons par bateau plutôt que par avion. De toute façon , on n’est pas pressés ! Cela nous coûtera quand même près de 45€ ! Nous repartons de la poste soulagés ! Ca au moins, c’est fait ! Enfin, on sera encore plus rassurés quand il arrivera !

Songkran 

Ou comment participer à une bataille d’eau géante à l’insu de son plein grè ?

Après un mois passé au Laos, (article prochainement) nous retournons en Thailande afin de nous ressourcer, mas surtout afin de trouver un vol pour l’Indonésie, (moins cher depuis Bangkok). Nous traversons le pays en 3ème classe, et dormons sur les banquettes en bois de 1m de long. A la gare, cassés, nous prenons le fameux bus 53 qui rejoint Khao san road, nous voilà en terrain connu 😉 .

Coup de bol, notre arrivée coïncide avec le nouvel an bouddhiste (theravada) Songkran! La tradition c’est d’arroser tout le monde, donc du 12 au 15, impossible de mettre un pied dehors sans se retrouver trempé des pieds à la tête ! Qu’à cela ne tienne, nous investissons dans 2 fusils à eau, afin de répondre aux  gros seaux d’eau, pistolets, et machine à désherbants qui nous arrosent dans tout le quartier ! C’est ainsi que l’on a vue toute une ville à l’apogée de son excentricité pendant quelques jours ! Cette tradition est célébrée dans toute la Thaïlande et même au delà des frontières : en Laos et en Birmanie.

Deux petites vidéos pour vous aider à imaginer ce qu’est réellement Songkran …

 

Un petit bonus pour la fin, une recette d’une spécialité Thaïlandaise. Le meilleur plat qu’on ai mangé, c’était à Pai, dans le nord de la Thaïlande à Charlie and Leks. 

Curry de poulet avec lait de coco et riz brun

Depuis le début de notre périple, Bangkok est l’endroit où nous sommes allés le plus de fois, car il nous a servi de plaque tournante pour aller dans le nord, dans les îles, au Laos, aller et venir de l’aéroport. Et en rédigeant cet article, je me rends compte que j’ai adoré Bangkok, je ne suis pas fan des grandes villes d’habitude, mais Bangkok a quelque chose d’agréable, malgré la chaleur étouffante, malgré la foule qui se presse à Khao San, il faut s’habituer un peu à l’agitation qui y règne avant d’apprécier tout ce que cet endroit a à vous offrir, et si vous souhaitez autre chose, il ne faut pas aller très loin pour parler tranquillement à un moine, se poser près du fleuve, boire un bon cappuccino …

4 Réponses pour Thaïlande #5 : Bangkok

  1. Quel brouhaha ! Bangkok !
    Comment vous en êtes-vous sortis ?
    c’est flippant …

    Bel article
    belles photos

    je vais essayer la recette ; dinde ou poulet ?
    en fait , c’est ce que je fais déjà ( en mélangeant un peu tout )

    je vous fais de gros bisous à tous 2

  2. Bonjour vous deux,

    Bangkok doit vraiment être super ….

    Pour le colis, je rassure tous le monde il est arrivé en très bon état.

    Bisous

    Bruno

  3. bon anniversaire à Maxence et bisous à tous les 2.

    nous avons vite retrouvé les sites de Thaïlande avec votre reportage et

    particulièrement le bouddha couché.

    bonne continuation en Australie.

    à +.

  4. J’adore Bangkok et son ambiance survolté. Chaque arrivée dans la capitale me procure les mêmes petits frissons d’engouement. Par contre Khao San, quelle horreur, je deteste. Sauf pendant Songkran où on a l’impression de découvrir une nouvelle rue et une toute nouvelle atmosphère !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>