Laos. Pays du million d’éléphants

La visite de Khao Yai terminée, nous entamons la traversée de la Thaïlande afin de rejoindre la frontière ouest laotienne. Quelques formalités pour le visa (30$US mais en fait 31$ car on est samedi…), échange de monaie (1€ = 10.000 Kip, pratique pour calculer pour une fois) et nous voilà rendus à Pakse, petite bourgade du Sud Laos. Premier constat : il fait CHAUUUUD ! Nous y restons quelques jours, et ne ferons pas grand chose, la ville étant en travaux. Ah si ! Une partie de Petang, le sport national (la pétanque quoi ! Mais accompagné d’une bonne bière plutôt que de pastis !) avec les locaux, ainsi qu’un bon Jambon-Beurre-Emmental au bistro du coin, tenu par un Franc-Comptois. Y’a pas de doute, nous sommes bien dans une ancienne colonie française. 

4000 îles

Après quelques nuits, une question  nous turlupine. Le Sud, vers encore plus de chaleur, ou le Nord, quitte à louper les merveilles méridionales. Nous décidons de descendre, même si cela nous oblige à remonter la totalité du pays par la suite. Nous arrivons dans une région appelée Si Phan Don (les 4000 îles). Ici en effet, le Mékong se divise (comme nul part ailleurs) en de multiples bras, formant lesdites îles. Nous séjournerons sur la plus grande, Don Khong, avant de partir en bateau vers Don Khone plus au sud, pour une petite visite du coin à vélo. Nous longerons l’ancien chemin de fer de 7 Km construit à l’époque coloniale.  La locomotive devait alors pallier à l’impossibilité pour un bateau de franchir les chutes d’eau et rapides entourant l’île. Nous finirons par une sortie en barque afin de tenter d’apercevoir les fameux dauphins d’Irrawaddy, une espèce d’eau douce (oui oui, ça existe !) au nez aplati. 

Vientiane

De retour à Pakse, nous envisageons de remonter vers Vientiane, la capitale. Des voyageurs nous suggèrent de visiter Thakhek, à mi-chemin (important pour la suite). Prix du bus pour Vientiane : 70€. Prix du bus pour Thakhek … ben 70€ ! Explication de l’employée : « Ben oui vous prenez le siège de quelqu’un qui veut aller à Vientiane donc vous payer le même prix ! » (Prière de ne pas reléguer l’info à la SNCF, ils n’y ont pas encore pensé, pas assez malins apparement.)

Du coup le transport étant déjà assez cher (comparé à la Thailande) on zappe Thakhek pour cette fois et direction Vientiane en bus couchette. Là-bas, pas grand chose à faire, sauf se promener le long du Mekong ou visiter l’Arc de Triomphe Laotien, ou encore le Buddha Park (appelé supercherie Parc par les locaux) abritant 200 statues de Bouddha en béton datant des années 60. Peu d’intêret en somme.

Bon nous nous ratraperons par un petit excès culinare : une onctueuse mousse au chocolat pour Claire, et un simple mais efficace flan patissier pour ma pomme…

Cope Visitor Center

Nous visiterons en revanche un lieu méconnu des touriste et pourtant très intéressant d’un point de vue historique (et ergothérapeutique…) le musée du COPE ( Cooperative Orthotic and Prosthetic Enterprise) gratuit qui plus est ! Celui-ci relate les événements et conséquences de la « guerre secrète » menée par les Etats-Unis (C.I.A.) au Laos de 1962 à 1973, en parallèle à la guerre du Vietnam. Nous y visionnerons des reportages sur la guerre en elle-même, ainsi que d’autres sur les conséquences actuelles, notamment avec la découverte chaque année de bombes non déclenchées, encore enterrées dans le sol laotien. Une page de l’Histoire que nous ignorions totalement, car rarement relatée dans les medias.

Nous y verront également notre métier représenté, avec tout une table remplie d’aide technique et le panneau sur l’ergothérapie qui va bien. On a pas grand chose à leur envier en France…

Vang Vieng

On remonte plus au Nord vers Luang Prabang considéré comme l’une des « Plus belles villes d’Asie du Sud-Est » avec une petite escale à Vang Vieng. Dépeinte il y a quelques année comme LE lieu de débauche pour les touristes en manque de sexe, d’alcool et de drogues … (non j’arrête là je sens déjà poindre les commentaires) Mais ça c’était avant. Un coup de pression du gouvernement a fait cesser le show, notamment à cause des nombreux accidents mortels dus à l’alcool, aux attractions non sécurisées comme les tyroliennes, ou encore le fameux Tubing (descente de la rivière sur une grosse bouée gonflable, avec arrêts obligatoires dans chaque bar pour recharger les batteries hépatiques). La (re) « nouvelle Vang Vieng » que l’on découvre est bien calme en effet. Et à part quelques adeptes de la grosse bouée, qui persistent ici et là, toutes les histoires sur la ville semblent s’être évaporer dans la chaleur écrasante que nous rencontrons (cela valait la peine d’aller au Nord tiens !). Tans pis, pas de débauche pour nous, nous nous contenterons de ballades près de la rivière, de « périple » (cf. condition de la route) en vélo, et de la découverte du lagon bleu, magnifique.

Luang Prabang

Ou la  » Plus belle ville d’Asie du Sud-Ouest ». Nous faisons la route avec deux malaisiennes depuis Vang Vieng et nous nous croiserons et recroiserons régulièrement jusqu’à notre départ du Laos. L’une est dans le tourisme sur l’île de Bornéo, l’autre est prof de piano sur la péninsule (la partie juste au-dessous de la thailande). Horizons très différents, dialectes très différents, du coup c’est marrant elles se parlaient en Anglais. Elle nous raconte leur traditions et fêtes de là-bas, et on apprend qu’à l’instar de l’Indonésie, la Malaisie est un pays en majorité musulman.

Ici, il fait très chaud. On avait comme plan de louer un scooter à la journée et de faire le Nord du Laos « en étoile » comme on dit (Qui dit ça ? Heu ben moi je dis ça !) mais là où la loc’ était à 1 ou 2€ la journée à Vang Vieng, elle est ici à 15€ !!! Va savoir Gerard ! On abandonne. A la place on se ballade dans la ville, le le long du Mékong, on découvre le temple sur la coline et une vue sympathique sur les toits colorés.

Mais s’il y a quand même une chose à ne pas louper à Luang Prabang, c’est la procession et l’Aumône des moines à l’aube. On part alors le lendemain vers 6h et … ah non ben loupé ils viennent de passer. Bon ben nous on retourne nous coucher. Petite sortie à la piscine ce jour là, qui a l’air plus claire que le mékong… ça fait du bien. Le soir on mange dans un boui-boui sur le marché qui devient vite notre spot. 20.000 Kip (2€) buffet (végétarien) à volonté. Et enfin une bonne nuit de sommeil ! On ne va pas se faire duper deux fois  !

Réveil à 5h ! On déambule dans les rues vides et brumeuses et après quelques minutes d’attente, une lueure orange se détache du paysage en Noir et Blanc. Ils sont là, gracieux et silencieux à ramasser les offrandes en file indienne… le temps semble s’arrêter alors. Puis la vie accélère, jusqu’au lendemain matin.

L’efferescence est à son comble le soir, avec le marché de nuit. Des étoffes, des épices, des chaussons rembourrés, des statuettes, et d’un coup, le tonerre qui frappe sans crier gare. Un déluge s’abbat sur le marché. Je perd Claire de vue dans la cohut. Les badots rigolent puis les rires se transforme en cris et en pleurs. Une jeune marchande tombe en sanglot lorsque sont étal se noit sous les trombes d’eau. Je lui file un coup de main pour ramasser ses tissus.  Le noir est total, les lampes ont soit sauté soit été débranchées par les plus vifs. La pluie cesse, je regagne la direction de l’auberge. Trempé jusqu’aux os, je prend rapidement une douche brûlante, puis Claire me rejoint, et on met nos fringues a sécher, en espèrant qu’elles soit prêtes pour le grand jour le lendemain matin !

Pas de grands discours ici, les mots ne seraient pas suffisants. Un p’tit’ bonus en revanche !

Voilà, Luang Prabang terminé, nous retournons à Vientiane en compagnie des malaisiennes, (et leur faisons découvrir la mousse au chocolat au passage). Le lendemain, il est déjà temps de quitter le pays et de retourner en Thailande afin de prendre notre avion pour l’Indonésie. Bon on a pas encore pris les billets et heureusement vain dieux sinon on aurait loupé le nouvel an bouddhiste (Songkran) à découvrir ici !

Le Laos s’achèvera sur une petite note de nostalgie et un goût de trop-peu. A peine un mois pour faire un pays, c’est très court. Nous devons absolument travailler en Australie afin de financer le reste de notre voyage combiné à cette envie de visiter l’Indonésie, des compromis sont alors à faire. Nous zappons donc le Vietnam et le Cambodge (et on se les laisse sous le coude pour nos vieux jours) nous ne voulons pas faire de visite expresse. Déjà que là c’était limite.

Bali nous voilà !

6 Réponses pour Laos. Pays du million d’éléphants

  1. Toujours aussi terrible vos articles et photos ! J’adore tes effets de couleur et N&B sur celles des moines.
    Tu ne semblais pas très rassurée à do d’éléphant ma p’tite poupinette 😉 cela devait être une expérience forte en émotions !!!
    Gros gros bisous à vous deux !

    ps : https://www.youtube.com/watch?v=BS0T8Cd4UhA
    la chanson de la reine des neiges en multilingues proche de votre voyage de globe trotteur 😉

  2. Coucou,

    Ahhh enfin le Laos, cela devait être intéressant pour vous de voir le site sur l’Ergothérapie.

    Bise

  3. BIEN LA BAIGNADE AVEC L’éléphant ! ça a l’air sportif !
    que tenez- vous ds la main qd vous êtes à dos d’éléphant ? je ne visualise pas bien
    Je ne connaissais pas non plus l’histoire des bombes
    Etonnant …

    vous avez retrouvé votre domaine avec toutes ces prothèses !!!

    bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>