Australie #2 : Notre vie de Sydney-siders …

Arrivée à Sydney

Après un mois passé dans le Nord et l’Est de l’Australie, nos covoitureurs Allemands nous déposent à Sydney en ce début-d’après midi du mois de juin, dans le quartier de Kings Cross plus précisément. Première mission : faire la tournée des auberges du quartier. Fini les vacances, on la préfererait plutôt calme, car on aimerait être tranquilles pour chercher un van et du travail. Dans la première, dès l’entrée, on peut entendre des chansons/cris de soulard à l’étage : demi-tour. Dans la seconde, les « locataires » joue au bière-pong dans le couloir : pas mieux. On apprendra plus tard que ce genre d’auberges s’appellent des « Party Hostel » ! Où des jeunes diplômés souvent alcoolisés s’amoncellent et font la fête du matin au soir. On est fatigués et on a besoin d’une douche, donc pas le temps de toutes les passer en revue, pour ce soir on predra la « moins pire » et on changera demain. La troisième n’est pas une « Party Hostel » mais c’est un peu bruyant et sale. Le lendemain, on essaie la rue parallèle. C’est déjà plus prometteur. C’est calme, propre, il y’a de la place pour cuisiner, internet en fibre optique, et petit-dèj offert ! On se dit qu’il y a un hic ! On arrive dans la chambre : c’est un dortoir de 14 et on a du mal à mettre un pied devant l’autre sans marcher sur l’ordi du voisin, la petite culotte de la voisine où la tasse de café de je-ne-sais-qui oubliée depuis un moment visiblement. Bon, ça va être folklo !

A la recherche du van parfait …

A 170$ la semaine, nous ne perdons pas de temps et commençons la recherche de van. La plupart des voyageurs reste en auberge le temps de travailler et de mettre de côté, puis dans un second temps achètent un van pour parcourir l’Australie. Nous, on aimerait essayer d’y vivre tout en travaillant, avant de prendre la route avec. Le but étant d’économiser sur le loyer, mais aussi d’avoir notre intimité, car en couple pendant 6 mois dans un dortoir de 14 ; quand-est ce qu’on joue au échec dans le calme !

Nous recherchons donc sur Gumtree (leboncoin australien), et on vise le confort. En effet, beaucoup de vans ne sont pas aménagé et proposent au pire, un simple matelas à l’arrière, et au mieux, une étagère/cuisine/dépotoir en plus juste derrière le coffre. On s’en serait contenté pour un voyage d’un mois, mais là, le plan c’est de rester 4 mois minimum sur Sydney pour travailler. On veux donc se sentir un minimum chez nous, sans avoir a sortir à l’arrière sytèmatiquement pour s’habiller, cuisiner et manger.

Nous mettons moins d’une semaine à trouver la perle rare, après avoir visité 5 véhicules, nous nous décidons pour un Toyota Hiace de 1987 version longue, 288 000 km, lit queen- size, évier, plaques au gaz, four (comprenez un espace étroit sous les plaques pour réchaufer une pizza) frigo 3 voies (électrique/sur batterie/gaz), et des rangements à profusions. Mais le fin du fin (qui à dit Plantafin !!) c’est le Pop-Top : un toit rétractable permettant de se tenir debout quand on cuisine, mais également d’aérer la nuit sans avoir à ouvrir la porte : un bonheur.

La tradition en Australie veut qu’on baptise son van, le notre se sera « Kelou Mad », histoire que Maxence n’oublie pas ses origines bretonnes ! Pour l’anecdote, on a eu le van le jour du pardon de Kelou Mad (« Bonne Nouvelle »en breton), fête se déroulant à Plonéour Lanvern près de chez Maxence. On s’est dit que ça nous porterait chance ! (Merci Claudine de nous avoir soufflé l’idée !)

Ben oui, mais maintenant, on dort où ?

Après de fermes négociations, nous voilà donc les clés en mains, les clés de notre moyen de transport ; les clés de notre chez nous. Il ne reste plus qu’à trouver l’endroit idéal pour le garer ! Bien évidemment, voulant économiser sur le loyer, il est hors de question pour nous de s’installer dans un camping, qui serait de toute façon complètement hors de la ville. Mais la vie étant quand même bien faite, un petit malin a créé l’application WikiCamp qui indique tous les endroits en Australie où l’on peut « poser » son véhicule. Il est même indiqué s’il y a des toilettes, des douches, l’électricité, si les rangers passent souvent… Ah oui, parce que j’ai oublié de préciser que bien évidemment ce n’est pas tellement autorisé de dormir dans son van n’importe où, et ici interdictions rimes avec Rangers. Enfin tout ça pour dire qu’on a essayé différents endroits avant de trouver le bon ! Et je pense qu’on aurait difficilement pu faire mieux ! En tout cas pas gratuitement et au coeur de Sydney. On est tout près du centre ville, darling harbour (vieux port comercial amménagé en petites boutiques, resto, café, espaces verts) est à 10 minutes, de même que les transports en commun, il y a un énorme centre commercial à 5 minutes (entendez par là, des toilettes !), un centre sportif/bibliothèque (entendez par là: des douches, des prises électriques et le wi-fi), une piscine couverte et une autre découverte à 10 min (aucun sous-entendu cette fois, on a bien le droit d’avoir des loisirs !). Enfin bref, un vrai coin de paradis ! Ah oui et surtout le plus important : les Rangers « oublient » de passer dans cette rue, tant que les backpackers sont là, ils ne sont pas ailleurs…

Bon ben au boulot maintenant !

C’est bien beau tout ça, mais si on est venu en Australie, c’était quand même pour travailler ! Si on veut continuer notre périple, il faut s’y mettre, car notre compte en banque s’approche tout doucement du zéro ! On a essayé de se débrouiller par nous-même en distribuant nos CV dans les restaurants, hôtels … mais en pleine saison creuse à Sydney, difficile d’obtenir quoi que ce soit ! On s’est alors résigné à faire comme les autres, débourser 150$ chacun pour une agence d’interim. Enfin le résultat est là, dès le lendemain on travaillait tous les deux ! Qu’on soit bien clair, lorsque l’on veut travailler en Australie, en tant qua backpacker, il faut être humble :) On oublie les diplomes, les qualifications … On repart de zéro ! Mon premier job, dans un entrepot, c’était de préparer des commandes destinées aux magasins de vêtements, pendant que Maxence s’adonnait à la confection de paillassons industriels ou déplaçait des meubles dans des Monsieur Meubles locaux. Et maintenant, nous travaillons tous les deux dans une usine de DVD (française ! Technicolor), et le weekend nous aidons une famille a déménager (la maman et le fils en France, la mamie en maison de retraite !). Mais ce n’est pas l’Eldorado, le mois de septembre fut assez creux, moi n’ayant plus de proposition, et Maxence ayant démissioné de son dernier job… dès le premier jour. Pour les deux derniers mois nous mettons les bouchées doubles et travaillons 6 ou 7 jours sur 7 !  C’est sûr que ce n’est pas la partie la plus folle de notre aventure, ce n’est pas là où nous vivons le plus de choses intenses ! Ne dit-on pas que la notion de vacances ne prends son sens que lorsqu’on travaille après tout ?

Enfin Sydney, c’est aussi ça :

Les coupaings, les sorties …

Sydney, c’est aussi le moment pour nous de retrouver un semblant d’équilibre, un chez-nous, un travail, des potes que l’on connaitra plus de 48h, des activités le week-end, bref un rythme de vie ! C’est le seul moment de notre tour du monde où l’on va poser les bagages pendant quelques mois. Au bout de presque un an de vadrouille, ça fait du bien ! D’ailleurs c’est à Sydney que nous avons célébré nos un an de voyage ! Sydney est en plus une ville très agréable à vivre, avec ses nombreuses plages à proximité, ses parcs, ses petits restos, darling harbour, Circular Quay (point de départ des Ferry vers les plages, magnifique vue sur le Harbour Bridge !) et bien sûr l’Opéra dont je ne me lasserai jamais, je pense !

D’ailleur, en parlant de l’Opéra, il était impensable pour Maxence de mettre les pieds à Sydney sans aller voir un spectacle à l’Opéra. Bon je précise, lui est amateur de Classique, moi heu… Mozart … Beethoven, j’ai bon ? On a donc fait un compromis en allant voir un Film-Live. Comprenez un film projeté comme au ciné, mais avec la bande son jouée par un Orchestre Symhonique. Bon ok à la limite peu importe le film, (on ne vous le dira pas, mais quelques indice plus bas) tant que la bande son est sympa. Maxence m’assure que ça va être une bonne expérience, même si ce n’est pas le film qu’il aurait retenu, lui aurait t’on demandé de choisir. En l’occurence c’était le seul film-live de la saison. Le jour même, une fois n’est pas coutume, nous ne sommes pas les premiers dans l’auditoire, et des gens ont pris possession de nos places ! Qu’à celà ne tienne ! On leur fait la remarque et il nous dise de vérifier nos heures de spectacles, ce à quoi on leur répond de vérifier leur jour. Vlan ! Bon pas de bol, (et la tous nos lecteurs se disent « Nan, il se sont gourrés de jour, pffff, les cons), et bien non ! En fait nos places avaient été vendues 2 fois. Nous quittons alors nos « doubles » d’un soir pour être gentillement invités à rejoindre les places centrales, inabordables pour les backpackers que nous sommes. La lumière s’estompe, et on a beau avoir été prévenu, notre esprit s’attend à entendre du son venant des côtés, de derrière… Mais non, absolument tout est joué par l’orchestre (le répertoire classique constituant 95% du film), même durant la scène au restaurant (ha..) ou un personnage y joue de la harpe, son interprête étant légèrement éclairé sur la scène.Gandiose. Je lui demande si c’était beaucoup mieux que la fois où il l’a vu au ciné (en 1999…), il me répond que la première moitié du film, le son ne marchait pas… Je prends ça pour un oui. !

 

Recette : La Meat Pie Australienne

Elle est considérée comme une icône de l’Australie, ce petit pâté à la viande est un mélange de viande hachée et la sauce, qui est parfois combiné avec des oignons, des champignons ou des fromages. Elle fait même l’objet d’un concours annuel ! 

Après presque 5 mois à Sydney, nous renouons avec nos habitudes nomades, nous partons en road trip pour explorer le Sud de l’Australie et plus particulièrement la région du Victoria. Rendez vous dans quelques semaines pour de nouvelles aventures avec Kelou Mad !!

8 Réponses pour Australie #2 : Notre vie de Sydney-siders …

  1. Coucou,

    Euhhhhh; Beethoven c’est pas un breton ???

    Y jouait pas de la harpe ?

    Bise

  2. Magnifiques les panoramiques de Sydney
    et… les kangourous aussi
    et …vous aussi ! bien sûr

    Sympas les copains

    Quelle aventure !
    bisous

  3. continuez votre périple, nous vous suivons à bord du kelou mad.

    bon noël, bonnes fêtes, bisous et … à bientôt.

  4. Enfin un nouvel article hihi 😉
    Toujours aussi top de pouvoir vous suivre ainsi. Les photos des kangourous sont terribles ! On dirait des peluches 😉
    Gros bisous les aventuriers du bout du monde !

  5. Ah ah bien vu le coup de la meat pie! Bisous

  6. Film mystère:

    Le monde fantastique d’OZ, en 2013 (le fameux magicien douteux …)

    Je gagne un voyage ?

    Bise

  7. CouCou,

    Des photos du premier de l’An !!!!!

    Bonne année, et plein de bonnes choses.

    Bise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>