Aube : Québecoise, handicapée et voyageuse !

Nous vous avons parlé d’Aube dans l’article précédent, nous avons passé une semaine en sa compagnie et celle de son ami : Sébastien. Nous avons souhaité gardé une trace de cette rencontre, et c’est tout naturellement que nous lui avons proposé de rédiger un article invité sur notre site ! Alors voici, en avant-première, Aube, ses voyages, ses aventures et surtout … sa joie de vivre, qui transparaitra à travers cet article !

Présentation

Aube_Myanmar_01_LR

Aube – Myanmar

Designer graphique de 42 ans, effectuant présentement un court retour aux études à temps plein, je suis en couple avec un français depuis maintenant 14 ans. Mais je suis avant tout facile à reconnaître : je suis la petite qui marche en béquilles et qui ricane tout le temps !

Pourquoi les béquilles ?

Car j’ai une malformation de l’extrémité des os et que les cartilages de mes articulations se désagrègent. Les béquilles m’aident à marcher, mais surtout à marcher plus longtemps car cette dysplasie spondylo épiphysaire me vaut en fait surtout de la douleur chronique. En effet, qui dit cartilages qui se désagrègent, dit inflammation et qui dit inflammation dit douleur. En utilisant des béquilles, je mets moins de poids sur mes jambes ce qui limite un peu l’inflammation. La seconde solution qui me permet de moins souffrir et de vaquer à mes occupations est la prise de médicaments.

Voyager

Ceci dit, ma passion c’est voyager. Pourquoi ? Car voyager, c’est ce que j’ai trouvé de plus enrichissant. C’est fou tout ce qu’on découvre, voit, fait et toutes les personnes qu’on rencontre en si peu de temps lorsqu’on voyage. On en apprend tellement sur soi et sur les autres. Voyager, c’est vivre en accéléré. Et j’aime la vie !

Mes voyages 

Myanmar_Femme souriante_LR

Myanmar

Pour certains, j’ai beaucoup voyagé. Pour d’autres, peu. Pour moi, pas assez.

J’ai tout de même eu l’immense chance de visiter les endroits suivants : • Le Québec bien sûr ! • Presque toutes les provinces du Canada • Les États-Unis en long et en large (beaucoup de parcs nationaux et les principales villes) • La Belgique • La France • La Suisse • L’Italie • La Guadeloupe • Le Costa Rica • Barcelone (Espagne) • Bangkok (Thaïlande) • Le Myanmar • La Turquie

Les difficultés rencontrées

En voyage, vu les longues distances de marche, je n’ai pas d’autre choix que d’utiliser un fauteuil roulant. La plupart des difficultés que je rencontre sont généralement liées à son utilisation. Sol irrégulier, trottoirs encombrés, passages trop étroits et escaliers sont les principales difficultés qui me viennent en tête.

  • Le sol

En Turquie par exemple, les sites antiques sont à l’état naturel. On peut marcher sur les vielles pierres qui ont constitué autrefois les habitations. Il n’y a donc aucune passerelle en bois qui surplombe ces pierres afin de protéger le site et de faciliter la mobilité de tous. Il m’était donc difficile de m’aventurer aussi loin que quelqu’un d’autre sur ces sites. La plupart du temps, j’ai dû marcher. Mais même en marchant, en béquilles ce n’est pas facile lorsque le sol est irrégulier.

Même problème rencontré à Rome. Le Forum est un lieu à voir mais les dalles sont si grosses, si irrégulières et si espacées les unes des autres qu’il est impossible pour une personne en fauteuil, avec ou sans aide, d’y manoeuvrer. Pourtant, mon chum est une personne déterminée qui a à coeur de m’en faire voir le plus possible. Nous avons dû s’avouer vaincus. Quelques fois, ce n’est tout simplement pas faisable.

Je me rappelle aussi les pavés de Florence, en Italie. Sans entraver la possibilité de s’y promener, ils m’ont, comment dirais-je, secoué le derrière !!! Badaboum, badaboum, badaboum, toute la journée !

Et que dire des villages sablonneux du Sénégal ! Avez-vous déjà essayé de faire rouler un fauteuil dans le sable ? Ils se sont mis à deux pour me pousser. Rigolo mais ils étaient épuisés. Malheureusement, la marche n’est pas non plus une solution en ce qui me concerne car c’est vraiment super fatiguant de marcher dans le sable.

  • Les trottoirs
Myanmar_Bagan_LR

Myanmar

Au Myanmar et à Bangkok, les trottoirs sont très hauts. Alors ce n’est pas facile en fauteuil de passer de la rue au trottoir et inversement. Il faut donc quelques fois faire demi-tour ou encore que je descende du fauteuil pour permettre à mon chum de le transporter d’un niveau à l’autre en le soulevant. Au Myanmar, il y a plein de trous dans les trottoirs, des canalisations ou dieu sait quoi. Alors il faut bien faire attention aux endroits où on met les pieds et les béquilles. Au Sénégal, les trottoirs sont souvent encombrés de toutes sortes de choses. Il faut donc parfois se promener dans la rue ce qui représente un certain danger. Ceci dit, c’est aussi une chose que l’on doit parfois faire en… France. Pourquoi ? Car il y a souvent des voitures stationnées sur les trottoirs ou que ces derniers sont par moment trop étroits pour laisser passer un fauteuil. Ou encore parce qu’un poteau nous barre la route.

  • Sénégal_LR

    Sénégal

    Les allées

J’adore les marchés exotiques. Pas pour magasiner mais simplement pour constater les différences entre les produits vendus par rapport à ceux de chez nous. Mais les marchés du Sénégal (et j’imagine ceux de l’Afrique en général) et du Myanmar sont constitués d’allées étroites, irrégulières et au sol irrégulier en plus d’être souvent encombrées de toutes sortes de produits. Cela nécessite donc de fréquents demi-tours et de déplacer mille et une choses qui bloquent le passage.

  • Les moyens de transport

Il y a aussi parfois des moyens de transport inaccessibles pour quelqu’un en mauvaise forme physique. Par exemple, nous avons voulu prendre le train de banlieue de Rome, en Italie. Les wagons étaient si hauts par rapport au quai que les marches étaient bien trop hautes pour que je puisse y monter, même avec l’aide de mon chum. C’était même si haut qu’il lui aurait été impossible de mettre le fauteuil à bord. Nous avons donc opté pour le bus et le métro.

  • Les douches

Autrement, ce qui représente une difficulté bien personnelle, ce sont les douches. Dans les hôtels bon marché, il est rare d’avoir d’avoir à disposition un banc douche comme j’ai à la maison. Il n’y a presque jamais de barres d’appui non plus bien que parfois la toilette ou le lavabo peuvent remplir cette fonction s’ils sont à proximité de la douche. À d’autres moments, la douche n’est pas au même niveau que le plancher. Ceci me force à utiliser mes béquilles pour accéder à la douche ce qui représente un certain danger lorsque le sol est mouillé ou que le tapis de bain est instable. Enfin, il n’y a jamais de tapis antidérapant dans la douche ce qui constitue un risque de chute. Mes solutions ? J’apporte mon propre tapis antidérapant ou des gougounes (tongues) pour éviter de glisser. J’use de précaution. Je prends des antidouleurs pour supporter le fait d’être debout plus longtemps que je ne peux le supporter, j’endure ou je me lave… rapidement.

  • Le prix

Être à mobilité réduite signifie pour ceux qui sont constamment en fauteuil de trouver des hôtels adaptés ou auxquels ils peuvent simplement accéder. Ce qui veut dire qu’aucun escalier ne doit être l’unique accès à l’hôtel ou que des chambres soient disponibles au rez-de-chaussée si l’hôtel ne possède pas d’ascenseur. Ces contraintes font souvent en sorte que ces personnes doivent payer leur nuit d’hébergement plus cher. Ma chance est donc d’être encore capable de marcher de courtes distances et de monter des escaliers. Ça me fatigue, influence mon niveau de douleur et ça demande à mon chum de transporter le fauteuil mais ça me permet d’accéder à des lieux si non inaccessibles.

Mes pires et meilleures expériences de voyage

Mes pires expériences de voyage

  • Myanmar_Enfants_LRUn ascenseur défectueux

Au Myanmar, nous optons pour un hôtel dont les premiers étages sont en rénovation. Pas de souci, il y a un ascenseur. Avant de prendre la chambre, je m’assure qu’il existe un système fiable qui prend le relais en cas de panne de courant, fréquentes là-bas. Le lendemain matin, on constate que les ascenseurs ne fonctionnent pas ni le système de relais. Notre chambre est au 5e étage, le déjeuner se prend au 6e ! J’ai mis deux jours à m’en remettre.

  • Une voiture de location non disponible

Costa Rica_LRNotre voyage au Costa Rica est LE voyage où tout est allé de travers. Nous avions loué une voiture de location qu’on devait récupérer à l’hôtel le lendemain matin de notre arrivée. Petit hic, la voiture ne nous est pas livrée. L’association francophone via laquelle j’avais loué la voiture se démène pour nous en trouver une autre. Pour ajouter à la difficulté, c’est la semaine entre Noël et le jour de l’An, la plus achalandée de l’année. Ils n’en trouvent.. aucune. Incroyable, l’association décide de nous prêter la leur ! Un GPS devant nous être fourni en raison des indications routières déficientes, on s’entend pour nous le livrer le lendemain à notre prochain point de chute. En route, on se trompe de chemin ce qui nous fait rouler de nuit, chose qu’on nous avait déconseillé de faire. Heureusement, on arrive à notre destination sans encombres. Le lendemain matin on nous annonce l’impossibilité de nous livrer le GPS comme promis ce qui nous force à rebrousser chemin pour le récupérer. Au final, nous avons perdu une bonne journée de notre séjour qui ne durait qu’une seule semaine. Le GPS récupéré, on repart. Le matin suivant, l’auto ne démarre pas. La batterie s’était déchargée car j’avais oublié d’éteindre la lumière du plafond la veille. Ah, les autos chinoises ! Puisque c’était une voiture manuelle, nous avons heureusement pu la redémarrer sans problème. Ouf !

Mes meilleures expériences de voyage

  • Mon premier voyage : les Îles-de-la-Madeleine.

J’avais 15 ans. C’était la première fois que je prenais l’avion. La première fois que je voyais la mer. Je suis restée un bon moment à la regarder, seule, subjuguée, émue. Les Îles-de-la-Madeleine est un superbe archipel vallonné situé au large du Québec et peu peuplé. Alors là-bas, on a la mer pour soi. Depuis ce jour, je n’ai jamais pu m’habituer aux plages envahies de gens.

C’est à ce moment que j’ai eu la piqure des voyages !

  • La Belgique et la France
France_Alsace_02_LR

Alsace

Rapidement, j’ai voulu mettre le pied en Europe qui nous fait tant rêver. Avec l’Agence Québec-Wallonie Bruxelles pour la jeunesse, je suis partie en Belgique faire un chantier jeunesse (du travail bénévole en échange du gite et couvert). Au meilleur de mes capacités physiques (j’étais quand même en meilleure forme à l’époque), j’ai rénové une résidence qui accueillait des personnes avec un retard mental. Comme ma mère avait des amis en France, je suis allée les visiter ce qui m’a permis de découvrir Paris et la Bretagne où ils partaient en vacances. Mon constat ? Dieu que c’est beau, ces villes et villages à l’architecture homogène ! Rien à voir avec l’Amérique où se côtoient immeubles en tous genres.

J’ai ensuite voulu faire visiter un peu mieux la France. Je me suis mise au défi. Je suis donc partie sac au dos. Seule. Mais c’était trop pour moi, pour ce que mes jambes pouvaient supporter. Marcher un kilomètre en béquilles, sac au dos, pour joindre l’auberge de jeunesse. Ou encore marcher 200 mètres d’un côté pour chercher un arrêt de bus, faire demi-tour et remarcher la même distance. Trop fatiguant. Mais j’en suis revenue satisfaite, ne regrettant rien car au moins j’avais essayé. Je me suis donc mise à la recherche de solutions. Soit il me fallait un moyen de Aube et Seb_Suisse_LRtransport qui m’amènerait au minimum d’un lieu d’hébergement à l’autre. Soit être accompagnée. Ou les deux.

En rencontrant mon chum, qui est français, j’ai eu l’opportunité de me reprendre en visitant en sa compagnie son beau pays. Au fil des ans, nous sommes allés dans presque toutes les régions. Je n’ai pas tout vu, loin de là, c’est impossible en France tant il y de choses à voir. Mais j’ai dorénavant une bonne idée des richesses du pays. La France, c’est tellement beau, charmant et varié !

  • Les États-Unis

Au niveau des paysages, les parcs nationaux américains sont tout simplement magnifiques. Comme on dirait chez nous, ils sont hallucinants ! Chacun d’eux existe pour une raison spécifique comme des formations rocheuses typiques. En camping, lors d’une période entre deux emplois, nous en avons visité plusieurs. Les plus mémorables restent pour moi le Yellowstone et les Badlands.

Et que dire de New-York que j’ai visité à trois reprises. Vivante, effervescente, stimulante, inspirante. Et de San Francisco ? Son architecture recherchée et colorée de même que son ambiance détendue en font une ville où il fait bon être.

  • Le Myanmar

Le Myanmar est sans conteste mon plus beau voyage. J’ai vraiment aimé ce pays et ses habitants. Je ne sais pas si on trouve un autre pays sur cette terre où les gens sont si aimables, souriants, chaleureux et serviables. Lors de la visite d’un village, on nous a salués au moins deux cent fois dans la même journée. Un homme est sorti de sa maison pour nous inviter à passer l’après-midi chez eux. À un autre moment, dans un autre village, un homme est aussi sorti de chez lui pour nous proposer un parapluie car une averse arrivait. Une autre fois, des gens nous ont proposé de se réfugier auprès d’eux pour se protéger de la pluie et nous ont offert des chaises pour s’asseoir. Un paysant a proposé à mon copain de partager son repas alors qu’il était manifestement très pauvre. Un homme nous a gentiment faire visiter sa plantation de café. Tellement de rencontres fortuites ont eu lieu dans ce pays ! Et c’est sans parler de Bagan et ses pagodes qui se comptent par miliers. Et du lac Inlé où des gens habitent et cultivent leurs légumes dans l’eau. Quel pays merveilleux. Allez-y, avant que ça ne change !

Mes projets

Je travaille en ce moment sur un projet super intéressant dont je ne peux malheureusement pas encore dévoiler la teneur. Disons seulement qu’il s’agit d’un projet qui aura pour effet de motiver tous ceux qui aiment voyager à le faire même s’ils souffrent d’un problème de mobilité.

J’ai aussi de beaux projets de voyage pour la fin de l’automne prochain. Mon copain et moi projetons de faire un voyage d’environ six mois. Nous n’avons pas encore choisi les pays où nous irons mais l’Asie et l’Europe de l’est ont été évoqués.

Je suis folle de joie !

 

3 Réponses pour Aube : Québecoise, handicapée et voyageuse !

  1. Aube et Sébastien,

    Formidable et que de courage.

    Au moins un bel exemple pour ceux qui croient que tout s’arrête, avec un handicap.

    Je vous embrasse

    Bruno

  2. Bravo AUBE et Seb !
    sympas

    A quand la visite du finistère ?

    la Maxence’s Maman

  3. Quelle belle leçon de vie ! Bravo ! Les rêves sont fait pour être réalisés, comme quoi rien n’est impossible à force de volonté !! Encore bravo et bonne continuation dans cette découverte du monde aux mille et une facettes !
    Mélanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>